AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 18 mars

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gam
Admin
avatar

Nombre de messages : 981
Age : 48
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: 18 mars   Dim 19 Mar - 13:52

Huitième journée

Une grande soirée se pointait à l'horizon. On présentait Isolation déjà grand prix de Fantasticarts (Gerardmer), et surtout le clou de la soirée la dernière oeuvre de Jaume Balagueró avec Fragile, également primé à Fantasticarts.


Isolation
De : Billy O Brien
Avec : John Lynch, Essie Davis, Sean Harris, Ruth Negga, Marcel Iures, Crispin Letts, Stanley Townsend

Critique à chaud par Gam
Dan agriculteur au bord de la faillite, accepte contre une jolie somme rondelette, qu'un labos agro-alimentaires teste une modification génétique sur l'une de ses vaches.
Celle-ci s'apprête à mettre bas. Dan en voyant la souffrance et les gémissements de la vache, cherche à forcer la venue du petit, mais, au son de ses hurlements, ce qui va sortir risque de ne pas ressembler à une génisse...


On aura décidément tout vu, des poissons zombie, des cochons de l'espace, des requins aux amphetamine etc...
Mais des vaches ! Non, jamais. Le pire c'est que ça marche. La ferme devient très vite un lieu étouffant et clauque, où va sévir un monstre... non une vache.
Sans rentrer dans une surenchère visuelle bourré d'effets spéciaux, Isolation opte pour la carte de la sobrièté.

Billy O Brien rend hommage à certains illustres grands classiques, ça se voit et c'est précisément là ou il est prit au piège.
Seulement à force de s'inspirer, il se perd, dans le dernier quart on y voit trop de... Alien, The Thing et Leviathan.
Dommage parce que tout fonctionnait pas trop mal, la flippe opérait à merveille. Mais ce dernier quart, ne ressemble plus à rien. Cette "ferme" avec ses couloirs, ses cables et ses grilles... ressemble plus au Nostromo qu'à une ferme. Dommage de s'être perdu en chemin. Il reste un bon petit "B" de flippe et ne méritait surtout pas un prix à Fantasticarts (Gerardmer).



Fragile
De : Jaume Balaguero
Avec : Colin McFarlane, Calista Flockhart, Richard Roxburgh, Elena Anaya, Michael Pennington, Yasmin Murphy, Gemma Jones, Daniel Ortiz


Critique à chaud par Gam
Mercy Falls, hôpital pour enfants, est en voie de fermeture. Il faut dire qu'il a plus de 100ans.
Amy la nouvelle infirmière est engagée pour s'occuper des 8 jeunes patients restant, qui attendent leur transfuge vers le nouveau batiment.

Maggie une des enfants les plus difficile à peur. Peur de Charlotte, surnommée par les autres enfants "La Fille Mécanique" qui est au 2e étage de l'hôpital, or cette étage est fermé depuis... 1950...


The namless ce fût un choc, l'horreur. Darkness, un sommet du flipomètre. Fragile, c'est l'onirisme et la sensibilité.

Jaume Balaguero nous surprend, on l'attendait tous avec un opus résolument noir. Il en est rien. Quoique son thème favoris est toujours d'actualité, celui du mauvais traitement sur les enfants.
Je vous rassure il y a toujours de la noirceur, mais celle-ci n'est plus un personnage aussi marquant.
Fragile porte son titre à merveille. Premièrement de part Amy au passé douloureux qui tente par tout les moyens de gommer sa souffrance. Ensuite les enfants qui de par leur maladie et leur peur de Charlotte, les rend instables et vulnérables.
Même le batiment parait à fleur de peau, un rien peu l'ébranlé, il est fragile. Charlotte de par sa nature l'est encore plus que tous.

Comme dans toutes ses oeuvres la peur reste un personnage à part entière, aussi bien pour les personnages du film, mais également pour nous. Balaguero adore nous faire sursauter et ça marche à tout les coup, quel roublard. On retrouve sa patte dans le jeu de lumière et dans certains décors craspec qui donne froid dans le dos.

Le choix des acteurs est parfait. Calista Flockhart se fond totalement dans son rôle et à aucun moment elle ne cherche à être la vedette.
Les enfants sont parfait. Emouvant et touchant, ils sont crédibles à 100%, Balaguero à l'intélligence de ne pas leur donner des répliques d'adultes.

Ce qui nous frappe le plus, c'est son message. Un puissant et vibrant message d'amour, j'en suis sorti troublé, je frissonait un quart d'heure après la projection. Il nous montre différentes manière d'aimer, même celui qui peut conduire à la destruction, parceque personne nous comment aimer.
Fragile m'a touché, boulversé et ému. C'est un chef-d'oeuvre de beauté.

_________________
See my FotoBook at
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cinetotale.superforum.fr
 
18 mars
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PC Medion chez Aldi le 31 mars (€599,00)
» Veronica Mars [Trina Echolls]
» Life on Mars / Ashes to Ashes
» Exposition Japon à la foire de Lyon du 19 au 29 mars 2010
» Dragon V4 (sortie mars 2010)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
cinetotale :: Horror, SciFi & Fantasy :: BIFFF : les éditions précédentes :: BIFFF 2006-
Sauter vers: