AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les Frissons de l'Angoisse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CAMIF
Monteur


Nombre de messages : 319
Age : 45
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Les Frissons de l'Angoisse   Jeu 10 Mai - 21:35

Film de Dario Argento - 1975 ( Profondo Rosso en V.O.)

Un pianiste assiste de la rue à un meurtre qui se déroule dans un immeuble proche. Il se rend sur les lieux du crimes et décide de mener son enquête à l’aide d’une journaliste.
Un des films qui lança la mode du giallo, gants noirs, meurtres sanglants et sauvages, intrigue policière retorse, tout y est.
Ce film reste malgré les années un des meilleurs représentant du genre, il a eu un grand sucées à sa sortie en Italie et a véritablement lancé la carrière du maître, réflexion sur la réalité des choses, jeux de miroirs, jeux sur les surfaces et sur les couleurs, images déformées, champs, contrechamps, Argento use déjà de la plupart des techniques qui engendreront Suspiria et Inferno.
La lenteur de certains moments de l’histoire ne sont là que pour amplifier la violence des meurtres ( Ebouillantée, tête fracassée contre un coin de cheminée, un coin de table etc.. ), l’intrigue elle se développe petit à petit et par à coups avec intelligence pour finalement nous emmener vers la surprenante révélation finale ( et surtout la méprise initiale du pianiste ).
Le tout sur une bande son culte et une petit musique enfantine qui ponctue les nombreux assassinat du tueur.
A cela s’ajoute l’interprétation réussie de David Hemmings ( le héros de Blow Up d’Antonioni ) et de la belle Daria Nicolodi ( futur-ex femme de Dario et mére si je ne m’abuse d’Asia ).
Du beau travail.
5.5/6


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sangore
Admin


Nombre de messages : 3341
Age : 33
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 14/03/2006

MessageSujet: Re: Les Frissons de l'Angoisse   Jeu 10 Mai - 22:52

Encore un film qu'il faut absolument que je vois !

_________________
"J'aime entendre le son du gore le soir au fond des bois"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sangore
Admin


Nombre de messages : 3341
Age : 33
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 14/03/2006

MessageSujet: Re: Les Frissons de l'Angoisse   Lun 11 Jan - 15:27

Lorsqu’il réalise Les Frissons de l’angoisse (Profondo rosso), Dario Argento n’en est plus à son coup d’essai : il a déjà livré ce que l’on surnomme sa « trilogie animale » avec L’Oiseau au plumage de cristal (1970) (voir ici), Le Chat à neuf queues (voir ici) et Quatre mouches de velours gris (1971) et a travaillé sur une série télé – toujours dans le genre qui nous occupe ici. Il souhaite s’écarter du style de ses précédents films et développe ainsi un style encore plus personnel : rationalité moins présente, narration elliptique, travail sur les couleurs saturées et une certaine poésie morbide des meurtres … De plus, c’est le film qui marque la rencontre décisive entre Argento et le groupe musical des Goblin. Les Frissons de l’angoisse fait de la sorte le pont entre ses premiers gialli et son cycle fantastique à venir, qui débutera avec Suspiria (1977). L’histoire est celle d’un pianiste témoin du meurtre d’une médium qui va décider de mener son enquête. Le casting comprend notamment David Hemmings dans le rôle du musicien, Daria Nicolodi, qui deviendra la compagne d’Argento et Gabriele Lavia, qu’on retrouvera dans Inferno (1980) et Le Sang des innocents (Non ho sonno, 2001).

Dès les premières secondes du générique d'intro, nous sommes subjugués par la musique des Goblin, dont l'air marquera durablement les esprits, résonnant dans nos têtes longtemps après la fin du film. Le générique est entrecoupé par une première scène de meurtre, bercée par une musique différente, une comptine d'enfant, que l'on réentendra lors des meurtres ultérieures. Cette scène initiale est la scène-clé du film, à côté de celle du premier assassinat dont est témoin Marcus Daly. Dans cette dernière, le protagoniste sait qu'il a vu quelque chose d'absolument capital, mais n'arrive pas à mettre le doigt dessus. Ce n'est pas la première fois que Dario Argento utilise ce procédé, souvenez-vous de L'Oiseau au plumage de cristal...

Argento compose de superbes plans, avec de magnifiques décors (la villa, la place devant l'immeuble appartement de Marcus Daly, ...). Le sang très rouge qui s'écoule du corps des victimes fait directement échos au titre original (Profondo rosso, donc). Les meurtres sont bien sadiques ; voir par exemple l'acharnement du tueur à cogner la tête d'une de ses victimes contre plusieurs coins de table. Le réalisateur d'Inferno prend son temps pour dérouler son intrigue ; le film est assez long, plus de deux heures dans sa version intégrale. Finalement, l'enquête en elle-même et l'esthétique du film se révèleront être plus importants que l'identité même du tueur.

On pourra reprocher le jeu de certains acteurs. Pas celui de David Hemmings, mais par exemple celui de Macha Méril, fort théâtral. Les touches d'humour que s'autorise Argento pourront surprendre (quoiqu'il y en avait déjà dans son premier film), sans que ce soit forcément un mal en soi. En tout cas, nous avons là l'un des grands films du Maestro. Un film d'une époque révolue ...


_________________
"J'aime entendre le son du gore le soir au fond des bois"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Frissons de l'Angoisse   Aujourd'hui à 12:56

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Frissons de l'Angoisse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Frissons de l'angoisse
» L'angoisse du mur vide.
» Vos premiers frissons d'amour
» Frissons
» (Romans dessinnés) Frissons et Duo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
cinetotale :: Horror, SciFi & Fantasy :: Horreur & Fantastique-
Sauter vers: