AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Vinyan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sangore
Admin


Nombre de messages : 3341
Age : 33
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 14/03/2006

MessageSujet: Vinyan   Dim 23 Nov - 3:09

Vinyan



Réalisateur : Fabrice Du Welz
Avec : Emmanuelle Béart, Rufus Sewell, Julie Dreyfus
Pays : France, UK, Belgique

Synopsis :
Incapables d'accepter la perte de leur fils dans le Tsunami de 2004, Jeanne et Paul sont restés vivre en Thaïlande. S'accrochant désespérément au fait que son corps n'a pas été retrouvé, Jeanne s'est persuadée que son enfant a été kidnappé, dans le chaos qui suivit la catastrophe... qu'il est encore vivant. Paul est sceptique, mais ne peut pas briser le dernier espoir de sa femme. Le couple va alors embarquer dans une quête qui les plongera au fin fond de la jungle tropicale ...

Critique :
Après un générique d'intro aux lettres imposantes et où nous sommes immergés au milieu de bulles sous-marines qui se teintent en rouge (très symbolique dans le contexte du Tsunami, bien sûr), Fabrice Du Welz nous présente son couple de héros ravagés par la perte de leur enfant. On sent qu'ils ne sont déjà plus que l'ombre d'eux-mêmes. Lorsque Jeanne verra cette silhouette qui pourrait être son enfant dans un documentaire tourné dans la jungle, elle se raccrochera à cet espoir fou de manière obstinée ; on sent qu'il n'y a plus que ça qui compte dans sa vie. Elle voudra coûte que coûte se rendre à l'endroit où le film a été tourné. Elle va donc partir à la recherche de personnes qui pourraient l’aider à se rendre à ce minuscule village perdu au milieu de la forêt. Elle sera aiguillée vers des personnes à la moralité douteuse, mais comme il n’y a pas d’autre choix … Du Welz filme cette quête d’aide caméra à l’épaule ; cela peut paraître « mal filmé », mais en fait, ce choix de réalisation apparaît très réfléchi, pertinent, car il a pour effet d’impliquer le spectateur plus directement dans l’action et celui-ci est ainsi plongé au milieu de la cohue urbaine thaïlandaise. L’immersion : voilà LE mot-clé pour ce film. Avec les personnages, nous ressentons le désarroi, la perte progressive des repères. Cela commence dans les rues de la ville où le couple se trouve au départ, et le sentiment de perte et de désorientation s’accentue une fois plongés dans la jungle. Si la manière de filmer change - on a plus de mouvements de caméras plus fluides lorsqu’on est en pleine nature -, le fait de se retrouver loin de toute civilisation, à la merci de tous les dangers, notamment des guides pas nets, maintient et accentue même l’impression d’être perdu et le sentiment de malaise. Au sein de ce drame réaliste, une autre source de malaise va s’insinuer : où qu’ils aillent, Paul et Jeanne n’arrêtent pas de croiser un petit groupe d’enfants, des enfants qui se font de plus en plus menaçants. Les premières fois, cela paraît anodin. Mais on se rend compte progressivement qu’il y a quelque chose qui cloche, qu’il y a là un impossible qui est en train de se passer à notre insu. Du Welz n’est pas démonstratif à ce niveau-là, il ne fait que le souffler à notre intuition. Avec Vinyan, nous avons affaire à du fantastique léger. Il y a un phénomène insolite, et c’est à nous, spectateurs, à l’interpréter de la manière la plus pertinente (phénomène surnaturel ?) ; le réalisateur n’impose pas une lecture unique de son œuvre, il ne fait que suggérer. Il y a plusieurs interprétations possibles : une lecture fantastique littérale, une lecture symbolique et une interprétation réaliste (même si cette dernière est malaisée car on sent bien que ce n’est pas là que le film veut nous emmener).

On pourrait résumer Vinyan de la manière suivante : c'est l'histoire d'un couple qui, suite à la perte de leur enfant, va se perdre lui-même. Dans tous les sens du terme. C'est simple et c'est fort.

En bref, Vinyan est un bon film, intéressant, une expérience à vivre. Il mérite vraiment qu’on lui donne sa chance. Fabrice Du Welz est en train de bâtir une œuvre très intéressante. J’espère qu’il persévérera dans cette voie malgré le fait que le succès public ne semble pas être franchement au rendez-vous.






_________________
"J'aime entendre le son du gore le soir au fond des bois"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Vinyan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vinyan
» [2008] Vinyan
» Vinyan (2008, Fabrice Du Welz)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
cinetotale :: Horror, SciFi & Fantasy :: Horreur & Fantastique-
Sauter vers: